Les maladies causées par le travail entraînent des coûts élevés pour la société. Notre travail peut en effet générer des problèmes de santé, tels que des maladies cardio-vasculaires, des accidents du travail, un cancer, des maux de dos ou une absence pour cause de burn-out.

Les principaux coûts sont les allocations pour maladie et invalidité ainsi que les frais médicaux pour les travailleurs en incapacité de travail. Les retraités peuvent également souffrir de maladies ou d’affections qui sont la conséquence de leur travail antérieur.

Outre les coûts directs, on relève également des coûts pour l’employeur dus au versement du salaire en cas de maladie, à une diminution de la productivité, à l’accompagnement de l’absentéisme, à l’adaptation du travail et au remplacement des travailleurs malades.

Les travailleurs voient également leurs revenus diminuer puisqu’ils paient une partie de leurs frais médicaux. Enfin, nous devons également citer les coûts qui sont difficilement chiffrables, comme la perte d’années de vie (en bonne santé), l’impossibilité de pratiquer un hobby ou la perte de contacts sociaux. Bref, une perte en qualité de vie.

TNO s’est intéressé au coût annuel que représentent les travailleurs en incapacité de travail de longue durée (au moins 6 mois) pour les citoyens néerlandais. Ce bureau d’études a calculé les frais d’allocation ainsi que les frais médicaux pour les maladies et affections liées au travail. Les chercheurs se sont également penchés sur les coûts causés par les conditions de travail psychosociales.

La charge psychosociale au travail coûte près de 1,2 milliards d’euros en allocations

En 2012, 617.300 personnes aux Pays-Bas ont perçu une allocation pour incapacité de travail. Au total, le coût de ces allocations s’est élevé à près de neuf milliards d’euros. Selon une estimation, 22,3% de l’absentéisme de longue durée sont dus à des mauvaises conditions de travail. Cela correspond à 137.700 incapacités de travail de longue durée pour une facture de deux milliards. Ce sont surtout les secteurs agricole et de la construction qui comptent énormément de personnes en incapacité de travail du fait de la pénibilité du travail.

Quelles sont les plaintes liées au travail qui coûtent le plus à l’assurance incapacité de travail ?

De toutes les allocations pour absences de longue durée liées au travail, la charge psychosociale au travail pèse pour 1,2 milliard (soit 60%). Les chercheurs estiment que cela concerne 81.600 personnes. Ce sont surtout les montants pour plaintes psychiques liées au travail, surmenage, burn-out (1 milliard d’euros) et plaintes relatives à l’appareil locomoteur (600 millions d’euros) qui sont les plus élevés

1,5 milliard d’euros en frais médicaux liés au travail

Le coût total des soins aux Pays-Bas approchait les 90 milliards d’euros en 2011, soit un peu plus de 5.300 euros par tête d’habitant. Les chercheurs ont calculé le coût des soins médicaux liés au travail tant pour les salariés et indépendants actifs que pour les retraités qui ont travaillé. L’exposition à un risque de travail durant sa carrière professionnelle peut en effet encore engendrer des frais en soins de santé durant la retraite.

Pour les travailleurs actifs, l’étude estime les frais médicaux liés au travail à 1,5 milliard d’euros. Ce sont surtout des maux de dos, des dépressions et des maladies cardiaques qui engendrent une facture élevée en soins de santé. Les frais médicaux causés par la charge psychosociale au travail sont estimés, selon l’étude, à au moins 700 millions d’euros.

Pour les travailleurs retraités, les chercheurs estiment les frais médicaux causés par leur travail antérieur à minimum 137 millions d’euros par an. Il s’agit toutefois là d’une sous-estimation importante. Il n’a pas été possible de faire la moindre estimation pour la charge psychosociale au travail.

La prévention peut rapporter énormément

Les chiffres montrent qu’avec une politique de prévention, axée sur l’amélioration des conditions de travail, et une politique pour éviter l’absentéisme professionnel, on peut faire de sérieuses économies. Pour que notre sécurité sociale reste payable, nous devons faire des efforts pour améliorer les conditions de travail psychosociales. Il est par ailleurs essentiel de mener des actions pour favoriser l’implication durable des travailleurs.

Que coûtent en Belgique les problèmes de santé liés au travail ?

Fin 2016, 392.000 personnes sont restées plus d’un an chez elles pour cause de maladie, un record. Le coût des allocations est passé à plus de cinq milliards d’euros. Ces coûts élevés pèsent lourd sur notre sécurité sociale.

Dans un récent rapport, l’INAMI cite les raisons de cette augmentation. Tout d’abord, il y a le vieillissement de la population et le relèvement de l’âge de la retraite, de sorte qu’il y a davantage de travailleurs plus âgés. Ensuite, le nombre de plaintes psychiques (35%) est en forte augmentation, surtout le burn-out et la dépression. Le nombre de trentenaires qui souffrent d’un burn-out a doublé ces cinq dernières années. Enfin, les mesures prises dans le cadre du chômage ont conduit à ce que les chômeurs qui étaient en fait en incapacité de travail relèvent désormais de l’assurance maladie.

La hausse du nombre de burn-out, de dépressions et de maux de dos n’est pas sous contrôle, confie l’INAMI. C’est pourquoi elle insiste, tout comme les chercheurs hollandais, sur l’importance de la politique de prévention pour améliorer la qualité du travail et d’une politique active en vue de réduire l’absentéisme. Par ailleurs, l’INAMI souligne que le travail adapté provisoirement permet au travailleur de reprendre plus vite le chemin du travail.

 

Sources :

Kosten van arbeidsongeschiktheid en zorg (TNO) – (les coûts des conditions de travail et des soins)

Facteurs expliquant la hausse du nombre d’invalides (INAMI)