Une activité physique pratiquée au quotidien permet de diminuer le risque de développer de nombreuses maladies cardiovasculaires ou chroniques, comme le diabète ou certains cancers. Bouger limite la prise de poids, autre facteur de risque de cancers. Pendant et après le traitement d’un cancer, les effets bénéfiques de l’exercice physique ont aussi été démontrés.

Des études menées sur différents types de cancers ont démontré que l’activité physique et sportive diminue le risque de contracter un cancer du côlon, du sein et de l’utérus. Ainsi, selon l’étude du British Heart Foundation, le risque d’un cancer du côlon diminuerait de 20 à 40 % et celui de l’utérus de 27 %. Idem pour le cancer du poumon : les personnes actives physiquement ont 30 % moins de risque de développer un cancer du poumon.

De l’activité physique régulière suffirait à se prémunir. Pas besoin de faire du sport, que ce soit en loisir ou en compétition. L’important est d’activer ses muscles, d’être en mouvement, que cela soit avec des activités ménagères, du jardinage, de la marche, du vélo… Les experts recommandent minimum 30 minutes de marche rapide par jour (ou équivalent) par périodes de 10 minutes si ce n’est pas possible en une seule fois. Le plus important est la régularité : tous les jours. Prenez l’habitude de descendre une station de bus ou de métro avant votre arrêt habituel ou d’emprunter les escaliers plutôt que l’ascenseur. Limitez les activités passives et sédentaires. L’idéal est de compléter votre demi-heure d’activité quotidienne par une heure plus soutenue, le week-end.

6 bienfaits de l’activité physique pour diminuer le risque de cancer :

  • Bouger renforce le système immunitaire. Chaque jour, en moyenne, 300 à 1000 cellules cancéreuses sont produites par notre corps. Une bonne résistance physique permet de les éliminer naturellement.
  • Bouger stimule le transit intestinal. Les déchets et substances nocives sont, dès lors, évacués plus rapidement par le système digestif.
  • Un corps en bonne condition physique se régénère plus vite et mieux, assurant une division cellulaire saine.
  • Bouger stimule la respiration à pleins poumons et l’oxygénation des cellules. Le corps mieux oxygéné est plus à même de se protéger contre les radicaux libres, des particules agressives, sources de nombreuses maladies, dont le cancer.
  • Bouger renforce la masse musculaire, bénéfique pour le système immunitaire.
  • L’exercice physique limite la surcharge pondérale, important facteur de risque de cancers.

Bouger pour une meilleure convalescence

Une activité physique adaptée est tout aussi conseillée pendant et après un traitement anticancéreux, car elle améliore le rétablissement et la guérison. Son impact physique et mental est prouvé. Elle améliore les chances de survie et la qualité de vie (sommeil récupérateur, appétit, meilleure résistance, moral plus positif, confiance en soi et énergie retrouvée).
Bougez, éliminez…